Archive
chagalov:

Nusch Éluard, ca 1935 - by Dora Maar

L’extase
Je suis devant ce paysage fémininComme un enfant devant le feuSouriant vaguement et les larmes aux yeuxDevant ce paysage où tout remue en moiOù des miroirs s’embuent où des miroirs s’éclairentReflétant deux corps nus saisons contre saisons
J’ai tant de raison de me perdreSur cette terre sans chemins et sous ce ciel sans horizonBelle raison que j’ignorais hierEt que je n’oublierai jamaisBelles clés des regards clés filles d’elles-mêmesDevant ce paysage où la nature est mienne
Devant le feu le premier feuBonne raison maîtresse
Étoile identifiéeEt sur la terre et sous le ciel hors de mon cœur et dans mon cœurSecond bourgeon première feuille verteQue la mer couvre de ses ailesEt le soleil au bout de tout venant de nous
Je suis devant ce paysage fémininComme une branche dans le feu.
— Paul Éluard, in Le Temps déborde (1947)

chagalov:

Nusch Éluard, ca 1935 - by Dora Maarvia RMN
furples:

Emily Astrup
tumblropenarts:

Title: Una, Nessuna e Cento Frida
Artist: Tiziano Demuro
Tumblr: popfactory.tumblr.com
Facebook Instagram BeHance 
zeroing:

valistika
secretcinema1:

Knickerbockers, Connecticut, 1929-30, Walker Evans